bilaterals.org logo
bilaterals.org logo

États-Unis-RD-CAFTA

L’Accord de libre-échange États-Unis—République dominicaine—Amérique centrale, plus précisément appelé « CAFTA », a été signé en décembre 2003, après 12 courts mois de négociations. Ces négociations ont impliqué les États-Unis, le Costa Rica, le Salvador, le Guatemala, le Honduras et le Nicaragua. Au début, le Costa Rica refusait de se joindre à cette entente, mais a changé sa position à la fin du mois de janvier 2004. Les États-Unis ont négocié séparément un traité bilatéral avec la République dominicaine, avec l’intention de fusionner l’accord et le pays lui-même dans le projet de l’Accord de libre-échange États-Unis—Amérique centrale—République dominicaine.

L’Accord États-Unis—CAFTA a été signé à la fin du mois de mai 2004. La République dominicaine est devenue partie prenante de l’accord au mois d’août 2004. Depuis, l’accord a été officiellement nommé « Accord de libre-échange États-Unis—Amérique centrale—République dominicaine » ou ÉU-DR-CAFTA. L’accord général, que beaucoup de gens continuent de nommer seulement « CAFTA », doit encore être ratifié par toutes les parties avant d’entrer en vigueur.

Le CAFTA est un large accord qui touche plusieurs enjeux : l’agriculture, les télécommunications, l’investissement, le commerce des services (de la distribution de l’eau aux loteries), la propriété intellectuelle, l’environnement, etc. Il sert essentiellement les intérêts du monde des affaires américain en lui octroyant des privilèges pour mener ses activités en Amérique centrale. Quelques secteurs de l’économie américaine, comme les producteurs de sucre, se sentent menacés par le traité. Mais la menace pèse largement sur les pays d’Amérique centrale qui y ont adhéré, puisque l’accord ouvre le potentiel de leurs économies — privées et publiques — aux intérêts et et pouvoirs des compagnies états-uniennes.

En juillet 2005, le Congrès américain a approuvé l’accord DR-CAFTA et Bush l’a ratifié au début du mois d’août de la même année. Les parlements d’Amérique centrale l’ont par la suite approuvé. Pour la République dominicaine l’accord est entré en vigueur en 2006.

Le Costa Rica était le pays d’Amérique centrale qui opposait le plus de résistance au DR-CAFTA. Il y avait de grandes manifestations et des campagnes publiques d’information, et un large regroupement d’organisations sociales, tels que des syndicats et des organisations paysannes, les ont appuyées. Cette coalition a réussi à faire pression pour la tenue d’un référendum, qui a eu lieu le 7 octobre 2007. Les résultats : 51,62% pour et 48,38% contre. Les résultats ont été considérés comme contraignants puisque plus de 40% de l’électorat avait voté. Aux vues des ces résultats, le CAFTA a été ratifié.

Le 23 décembre, le président Bush a émis une proclamation pour que le DR-CAFTA s’applique au Costa Rica à partir du 1er janvier 2009.

dernière mise à jour : mai 2012


Guatemala : Sous la pression des mouvements sociaux, la Justice suspend temporairement une partie de la “Loi Monsanto”
La Cour constitutionnelle a suspendu ce qu’on appelle la « Loi Monsanto » qui devait entrer en application le 26 septembre prochain sous l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis (CAFTA)
Washington accuse le Guatemala de violer un accord commercial
Les Etats-Unis ont accusé vendredi le Guatemala de violer des dispositions sur la protection des travailleurs contenues dans un accord de libre échange qui les lie.
Les Costariciens ont approuvé le traité de libre-échange avec les Etats-Unis
Les Costariciens ont approuvé par référendum, dimanche 7 octobre, avec 51,7 % des voix, un traité de libre-échange avec les Etats-Unis, leurs voisins d’Amérique centrale et la République dominicaine
Oui ou non au libre-échange avec les États-Unis, le Costa Rica vote dimanche
Les Costariciens se prononcent dimanche par référendum pour approuver ou rejeter l’entrée du Costa Rica dans le traité de libre-échange entre l’Amérique centrale et les États-Unis, un scrutin qui s’annonce extrêmement serré selon les sondages.
El Salvador - Sombre bilan à sept mois de l’entrée en vigueur de l’accord de libre-échange avec les Etats-Unis
Après sept mois d’application de l’accord de libre-échange avec les États-Unis, de petits agriculteurs ainsi que des économistes d’El Salvador signalent que l’accord ne profite qu’à un nombre restreint de secteurs au détriment de la majorité de la production nationale et de milliers d’emplois.